Lansana Kouyaté : Hommage aux femmes guinéennes

Mes chères compatriotes

Le 8 mars est la Journée Internationale pour les Droits des Femmes. Cette date a été officialisée par les Nations Unies en 1977. Elle trouve ses origines dans les luttes des ouvrières, des suffragettes au début du XXe siècle, pour bénéficier de meilleures conditions de travail et obtenir le droit de vote.

Le 8 mars doit être célébré avec la reconnaissance du poids de la femme dans l’histoire. Il ne s’agit pas de s’apitoyer, il s’agit de donner à la femme les mêmes droits que les hommes.

Chères Guinéennes,

Nous vivons dans une société où les femmes ont subi et continuent de subir le poids de préjugés fort encrés. Il faut sans violences les bousculer. Reconnaître ces préjugés et rendre hommage aux luttes des femmes c’est anoblir la vision et le discernement des hommes qui, dans beaucoup de circonstances, n’ont fait d’exploits que par les efforts conjugués des deux sexes. Cette lutte a été menée dans le monde entier. L’essor pris par l’industrialisation se serait estompé si les femmes n’avaient pris la responsabilité de constituer la main d’œuvre qualifiée pour remplacer les hommes mobilisés dans la deuxième guerre mondiale. Combien d’exemples de ce type peuvent être cités. Cependant, Il ne s’agit pas non plus de tomber dans la condescendance ; C’est avec ce discernement que nous pouvons créer une société plus juste. A compétence égale, priorité aux femmes. Ce n’est point un cadeau mais une réponse consciente à une injustice longtemps poignante.

Chères compatriotes guinéennes,

J’ai, dans une partie de ma carrière passée par la CEDEAO, créé et fortement soutenu l’Association des Femmes d’Afrique de l’Ouest (AFAO). Je souhaite que la femme croie en elle et c’est cela qui va nous aider à équilibrer les forces. L’impossible ne peut devenir possible que lorsqu’on y met la volonté. Tout ce qui a été acquis par la femme aura été conquis : le style d’habillement, l’accès aux services bancaires, le droit de conduire par l’acquisition d’un permis à cet effet, le droit de s’enrôler dans les forces de défense et de sécurité etc. L’homme est l’œuvre de Dieu, la femme en est son chef-d’œuvre. Cela va au-delà de la grâce, de la classe et de l’apparence. Il touche tout ce qu’il y a comme volonté de perfection dans ce que la femme entreprend.

Mes chères compatriotes,

Nous devons inlassablement nous engager au travers de nos lois y comprise la loi fondamentale à punir systématiquement tout outrage et toute pratique déshumanisante de la femme guinéenne : Je parle entre autres de la mutilation génitale féminine, des mariages forcés et précoces. Combattre ces fléaux va être le travail du gouvernement et non pas seulement des ONG. Toutes dispositions relatives à cet engagement doivent demeurer intangibles.

Chères Guinéennes,

Nous savons tous qu’il y a plus de fille à la naissance que de garçon alors nous ne devons pas accepter qu’il ait plus de garçon dans les salles de classe que de fille. C’est là le combat doit commencer. L’éducation doit être obligatoire pour tous sans distinction de sexe pour que tout le monde ait la même chance dès le départ. Là encore j’ai besoin de vous pour que ce combat soit une révolution sociale.

Mes chères compatriotes,

Je crois fermement au potentiel de la femme et c’est l’occasion pour moi d’adresser une salutation chaleureuse aux femmes qui entreprennent, aux combattantes du numérique et de la communication #Guinéennedu21esiècle ; #Emma&Camara communication ; #Sakom etc… Elles sont nombreuses à prendre le taureau par les cornes ; elles quittent des pays pour affronter un nouveau défi en Guinée. Elles sont devenues aujourd’hui une référence pour beaucoup d’autres.

Les défis que rencontrent les femmes depuis un demi-siècle n’ont pas empêché que celles-ci remportent des succès remarquables. Ce faisant, nous parviendrons ensemble à transformer positivement notre société.
Je ne saurais terminer sans rendre hommage à toutes les femmes qui se sont sacrifiées pour une société juste et équitable.

A TOUTES MAIS AUSSI A TOUS JE SOUHAITE UNE BONNE ET JOYEUSE FÊTE

Son Excellence Lansana Kouyaté, président du PE.D.N

 

Recueillis par Kalil Sacko,

Responsable de la communication de  PE.D.N France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *