Cellou Dalein Diallo a touché à l’appât d’Alpha Condé

Le président du parti de l’espoir pour le développement national (PE.D.N), Lansana Kouyaté s’est exprimé ce lundi 16 mai 2017, sur l’affaire d’un milliard 250 millions de francs guinéens accordés au chef de file de l’opposition et président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo. C’était sur les antennes de la radio Espace Fm, dans son émission « les Grandes Gueules ».

Selon lui, « le chef de file de l’opposition guinéenne a touché à l’appât. N’oubliez pas qu’il y a quelques années le président Alpha Condé avait dit que dans quelques temps, il n’aura plus d’opposants en Guinée. Il savait pourquoi il le disait et il savait comment il allait le faire. C’est l’appât porté à l’hameçon, jeté aux poissons qui sont peu soucieux et qui ne voient que l’appât. L’appât a été mordu et l’hameçon a pris et voilà aujourd’hui qu’il a de quoi se réjouir. C’est lui (Alpha Condé) qui a lancé cet appât. Je crois que tout le monde est aujourd’hui au courant de cette affaire et je suis très heureux que mon porte-parole au nom du PEDN et à mon personnel a porté cette affaire à la connaissance du public. Un parti, surtout un parti d’opposition a pour objectif de jouer un rôle d’alerte parce que ce qui se passe est mauvais. »

Répondant aux responsables de l’UFDG qui affirment que la loi sur le chef de file de l’opposition est déjà votée par les élus du peuple (députés), il a précisé : « C’est trop facile de s’exprimer de cette façon. Est-ce que les émoluments du chef de file de l’opposition avaient été prévus dans la loi La loi des finances de 2017 ? Je dis non. Est-ce que la loi du chef de file de l’opposition a indiqué le montant ? Elle a tout simplement indiqué qu’une résolution devra être votée par l’assemblée nationale pour déterminer les émoluments du chef de file. L’assemblée nationale l’a-t-il fait ? Je dis non. Alors, simplement par une visite à Sékhoutouréya, le chef de file de l’opposition a demandé que ce budget lui soit attribué.  Et c’est le Président de la République qui a appelé le ministre des Finances pour dire vous accorderez au chef de file de l’opposition 5 milliards de francs guinéens par an et entendez-vous sur les modalités. C’est en fonction des documents en notre possession, c’est le chef de file de l’opposition qui a fixé les modalités trimestrielles de 1 milliard 200 millions de francs guinéens. Alors, je crois que c’est du tout sauf du professionnalisme, c’est du tout sauf de l’honnêteté. Ayons le courage de le dire. Je ne veux pas l’accabler au-delà de ce que le peuple en pense déjà, mais je trouve que c’est indécent au moment où le salaire minimum interprofessionnel garanti, le SMIG est à 440 000 francs guinéens. Il faut défendre le peuple avant de se défendre soi-même… »

Poursuivant, il a clairement affirmé qu’un opposant doit souffrir. « C’est difficile, mais l’opposant doit souffrir. Durant tous les temps de la 1ère et de la 2ème République, les opposants ont touché quelque chose ? Y avait-t-il eu un chef de file de l’opposition ? Pourtant il avait des assemblées nationales qui existaient et le Pr Alpha Condé a été lui-même dans ce cadre…. Si j’étais lui, j’en tirai les conséquences, mais tout le monde n’est pas tout le monde », dira-t-il entre autres.

 

Sources : Youssouf Keita  de mediaguinee.org

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.