Nouvelle constitution : Ce qu’en pense Sekou Diawara du PE.D.N

«N’existe que ce qui est dit» (Michel Serres)

L’annonce du projet de nouvelle constitution proposé par le président de la république convoque en parallèle le silence suspect voire coupable de l’intéressé, au sujet de l’enjeu principal qui résonne fort au travers de la polémique. A savoir la possibilité légale pour l’hôte actuel de Sekhoutouréya de rempiler pour un autre mandat, soit le troisième au titre de l’actuelle constitution, soit un premier au titre de la nouvelle constitution. Quant aux intentions que lui prêtent ses détracteurs, le mutisme du président Alpha Condé est plutôt éloquent et a valeur d’aveu.

Cependant au plan juridique, l’antagonisme sur la question est palpable entre les contenus des deux constitutions concernées, comme en témoignent es textes suivants.

Constitution actuelle.
Article 27. La Constitution guinéenne de mai 2010 prévoit en son article 27 la possibilité d’une révision, elle ne prévoit pas l’adoption d’une nouvelle constitution.

Cet article stipule en plus que le dernier mandat du président de la République n’est pas renouvelable.

Nouvelle constitution.
Article 40. Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de six (6) ans, renouvelable une fois.

L’observation attentive des déclarations issues des deux camps est édifiante :

Côté opposition : Réaction caustique de Fodé Oussou Fofana (Porte-parole de l’UFDG)

« Une Cour constitutionnelle ne peut pas apprécier la constitutionnalité d’une nouvelle constitution. Cela n’a aucun sens en droit ou en sciences politiques. C’est tout simplement illégale et ridicule. »

Côté présidentiel : Lansana Koroma ministre de l’enseignement technique

«C’est qu’un ancien président qui a l’ambition de revenir, après deux mandats, peut quitter [le pouvoir] et revenir si le peuple le veut. C’est un point fortement démocratique qui n’exclut personne » a-t-il déclaré face aux militants du RPG Arc-en-ciel,

Ma conclusion : Cette dernière réaction d’un représentant du camp présidentiel illustre bien l’ambigüité des intentions du président Alpha Condé.

 

Sekou DIAWARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *