Affaire 20 milliards de dollars: la réaction canon et déroutante de Lansana Kouyaté

Alpha Condé est il un marchand de rêves, de chimères et d’illusions? Le président du Parti de l’Espoir pour le Développement National croit dur comme fer que le maître de  » Sékhoutouréyah » est en train de mener les Guinéens en beateau dans l’espoir de s’offrir un troisième mandat, voire la présidence à vie.
En déplacement sur la Côte d’Azur, à Nice ( France ) où il a donné, dimanche, une conférence initiée par la section locale du PEDN, l’ancien patron du gouvernement de large consensus a réagi à l’annonce faite par l’administration Condé, annonce relative à la supposée levée , à Paris, de 20 milliards de dollars américains destinés au financement d’un plan quinquennal de développement en Guinée. Une réaction coup de poing, au vitriol, qui montre la face cachée des fameux accords de financement que Alpha Condé est en train de signer à travers ses innombrables voyages que certains appellent séjours d’agréments.
 » Heureux qui ne sait pas. Lorsque j’étais dans d’autres organes, j’ai dit aux pays africains: arrêtons ces gesticulations. Conférence de levée de fonds, conférence des bailleurs de fonds…, j’en ai fait tellement. Le résultat? Même avec les pays où les conditions sont déjà réunies, tout ce qui est annoncé, si tu reçois 1 pour cent, tu es heureux. Je peux vous citer un cas (… ) Les pays qui ont accès à un certain niveau de développement, ces pays n’ont pas eu besoin de tant de tapages de levée de fonds, de ceci, de cela. Fais le travail domestique, prépares le terrain. Fais les choses sérieusement. Pourquoi des pays tel que le Vietnam attirent des investisseurs aujourd’hui? Eux, ils n’ont pas fait tant de bruit.
Alors, tout ça, c’est de la rigolade. Lorsque je suis venu ici en France, quand j’étais premier ministre, j’ai rencontré le MEDEF. Je leur dit que je ne suis pas venu leur dire de venir investir en Guinée, parce que je trouve qu’il y’a des obstacles réels. Je suis venu poser une question: quels sont les obstacles à l’investissement ?(…) Je dis que, c’est après, que je vais m’attacher à les lever et, plus-tard, je reviendrai pour dire: la situation, la voilà. Il est temps d’investir.
Quand, tu n’as pas fait ce travail domestique, tu veux que les gens viennent… Ils vont dire: oui!
Très souvent, ceux qui viennent à ces réunions, ils n’ont même pas le mandat nécessaire pour venir parler. Ce chiffre ( NDLR: 20 milliards de dollars ) donne le tournis. J’ai eu moi-même à organiser des réunions des bailleurs de fonds quand j’étais à la CEDEAO (… )
Il y’a un cas, c’était celui de la Guinée Bissau. Le premier ministre, à l’époque, m’a poussé à accepter la réunion des bailleurs de fonds. On l’a fait à Genève ( NDLR: Suisse ). Je lui ai dit que tu seras déçu.
Les annonces? On est allé jusqu’à 250 millions. Ce qui était beaucoup pour lui. Il était tout juste à ma gauche. Il exultait. Je lui ai dit: mon cher, tu n’as rien compris. Regardes la salle, il n’ y a que des deuxième ou troisième secrétaires d’ambassade ici. Je dis: tu crois que tu auras 1 pour cent de ces 250 millions de dollars? Tu te trompes.
Et après, lui même, il fait des enquêtes. Certains qui avaient fait des annonces disaient: en telle année, on a donné ça. Cela fait partie du montant qu’on a annoncé. C’est de la supercherie. Fais le travail qu’il faut. Mets en place un cadre juridique et judiciaire qui garantissent les investisseurs. Est ce que Kagamé ( NDLR: président du Rwanda ) a eu besoin de tant de réunions de bailleurs de fonds? Vous en avez entendu parler? Cessons de nous amuser. Partout où vous entendez ça, méfiez-vous de ce pays
« , assène, à nouvelledeguinee.com, le tribun du PEDN.
Devant des militants, des compatriotes, des Sénégalais et d’autres Africains, fortement mobilisés dans un luxueux hôtel de Nice, Lansana Kouyaté soutient que son meilleur adversaire politique, Alpha Condé, est abonné à la classe fausses promesses. Avec l’éloquence qui est la sienne et sa grande maîtrise des dossiers, le président du PEDN dénonce une annonce fumeuse qui a pour objectif, selon lui, de pousser les Guinéens à accorder un troisième mandat à l’actuel pensionnaire de  » Sékhoutouréyah ».
 » (… ) J’ai commencé un travail. Il faut me laisser finir. Ce n’est pas ce que vous entendez de ceux qui réclament un troisième mandat? Il n’y a rien derrière« , charge Lansana Kouyaté qui conclut, au micro de nouvelledeguinee.com: « allez en Chine. Ils vont vous dire que ce n’est pas un engagement. D’abord, c’est conditionnel. Le partenariat stratégique, c’est comme ça que je l’appelais quand j’étais premier ministre
(… ) Quelques temps avant que tu ne quittes le pouvoir, aller en Chine, sortir 20 milliards du chapeau, c’est parce que les Guinéens ne savent même pas ce que veut dire 20 milliards (…) Je ne suis pas seulement que dubitatif sur ce qui a été fait. Je sais que c’est du pipeau.
Quand les 700 millions avec Rio Tinto ont été signés, c’est un chef d’Etat qui m’a informé (… ) J’ai dit que c’est la pire catastrophe qui puisse arriver à la Guinée. Et, j’ai donné les raisons.
Plus-tard, le président actuel ( NDLR: Alpha Condé ) n’a pas été obligé de dire qu’on l’a trompé sur les 700 millions ? Parce que, rien n’est mûri, rien n’est fait de façon sérieuse pour que nous ayons les avantages dans ces accords (…)
A chaque fois que ce gouvernement a posé un acte ou a achevé un acte, c’était le cas du PPTE – que nous avions initié à notre temps, on était allé jusqu’à la phase de décision avant d’aboutir à la phase d’achèvement – quand ils sont venus ( NDLR: Alpha Condé et son gouvernement ), ils l’ont repris. On a dansé la bas  » mamaya ». J’écoutais un jour la radio guinéenne, il y’a une femme qui a dit: euhhhhh! Il paraît que PPTE vient. Elle pensait que c’était un homme qui venait avec de l’argent. C’est ça qu’on fait croire aux gens. PPTE, PPTE! Mamaya, PPTE! Après, c’est les 700 millions avec Rio Tinto. Non, la Guinée, c’est fini. On entre dans le bonheur. Après, il faut qu’on ait une Assemblée nationale. Beaucoup de financiers disent que quand on n’a pas une Assemblée nationale, ils ne viendront pas. L’Assemblée est en place. Est ce qu’ils viennent? Ils ne viennent pas. Ce n’est pas comme ça
 (…) ».
Dimanche, Lansana Kouyaté s’est livré à une véritable démonstration de force à Nice, dans le sud de la France. Dans cette belle ville balnéaire de l’Hexagone, le patron du PEDN a  » félicité le bureau de Nice pour le choix porté sur eux. Et les encourager pour qu’ils en soient le porte drapeau du parti« .
L’opposant a, par la suite, animé une conférence qui a pour thème: «  Guinée 2020: Enjeux et perpectives pour un redressement national« . Il invite les Guinéens à adhérer massivement au PEDN, la formation, selon lui, qui detient la solution pour remettre la Guinée sur les rails du développement, de la prospérité et du changement positif.
«  Le Parti de l’Espoir pour le Développement National a édifié depuis 2009, un projet de société assorti de cent projets concrets à réaliser dans les domaines que nous avons trouvés de préoccupation » a déclaré Lansana Kouyaté. Accompagné de son épouse, hadja Fanta Kouyaté, l’ancien premier ministre de Conté a profité de cette nouvelle sortie musclée pour étriller Alpha Condé et plaider pour une intégration africaine réelle et concrète.
Nous y reviendrons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *